Chic, des alambics ! Cinq distilleries à visiter

Chic, des alambics ! Cinq distilleries à visiter

LA LISTE DE LA MATINALE

Découvrir le principe de la macération, de la distillation et de la double distillation, se frotter à la part des anges (l’évaporation naturelle des eaux-de-vie) et comprendre les secrets du vieillissement, c’est facile, et cela ne demande pas forcément un long trajet. Avec deux millions de visiteurs en 2021 en France, les distilleries ouvrent largement leurs portes au spiritourisme. Blanc ou brun, de fruits ou de céréales, tous les alcools sont dans la nature. Il suffit de choisir.

A Cognac, chacun cherche son assemblage

Dégustation de cognac dans la cave de la Maison Camus.

Les maisons de Cognac sont accueillantes. Leur clientèle est principalement étrangère, et elles ont compris très tôt l’intérêt de proposer aux touristes venus du monde entier des visites soignées. Parcours en train, musées sensoriels et visites de chais où certains cognacs patientent depuis plus d’un demi-siècle, la région entière est rodée au spiritourisme.

Alors pourquoi Camus ? Certes, cette maison indépendante et familiale, créée en 1863, produit de jolis cognacs, particulièrement aromatiques. Elle propose aussi un élégant circuit de visite, qui détaille les cépages du cognac, la double distillation du vin, le vieillissement en petites barriques, avec passage obligé par le « paradis », où sont stockées les plus anciennes eaux-de-vie. Et, à son terme, diverses dégustations.

Mais le plus fascinant, c’est la possibilité de créer son propre assemblage de cognac XO. A partir de quatre eaux-de-vie de cognac (borderies, fins bois, petite et grande champagne), vous décidez de votre dosage directement aux fûts, remplissez votre bouteille et faites votre étiquette. Ici, l’ange, c’est vous, et vous prenez votre part.

Camus, 21, rue Cagouillet, Cognac (Charente). Visite Master Blender (deux heures trente) : 190 €.

En Martinique, sur les routes du rhum

La splendide maison de maître de l’Habitation Clément.

Séjourner sur cette île des Antilles sans passer par l’une de ses dix distilleries, ce serait oublier un pilier de son patrimoine, tant le rhum agricole, issu du jus de canne, est constitutif de son histoire, de sa culture et de son économie.

Si les Martiniquais peuvent débattre longtemps sur leur préférence pour l’une ou l’autre, tous sont unanimes sur l’Habitation Clément : elle est incontournable. Et qu’importe si elle n’est plus « fumante », la distillation ne se faisant plus sur place. Elle représente parfaitement la culture de la canne des XIXe et XXe siècles.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés De l’Alsace au Périgord, des cabanes qui cassent la baraque

L’ancienne distillerie est parfaitement conservée avec les outils de l’époque : machine à vapeur, moulins broyeurs, colonnes de distillation. Les chais servent toujours au vieillissement du rhum. Quant à la splendide maison de maître, meublée de style « Compagnie des Indes », elle est désormais classée aux monuments historiques et constitue le point d’orgue de la visite.

Il vous reste 61.27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »